Des articles à télécharger en mode Pdf, sous réserve du devoir de citations...

03 septembre 2019

SOUVENIRS ET MEMOIRES ICONOGRAPHIQUES DU 7 OCTOBRE 1870

En septembre 1870, Paris est mis en état de siège par les Prussiens. Gambetta accepte alors de quitter la capitale en ballon pour rejoindre la délégation du Gouvernement réfugiée à Tours et y organiser la résistance. Sous la conduite de l’aérostier Alexandre-Jacques Trichet et en compagnie de Jacques-Eugène Spuller, il part à bord de L’Armand-Barbès, le 7 octobre 1870. Le même jour, à quelques minutes d’intervalle, le George Sand décolle, emportant quatre passagers : l’aérostier Joseph de Révilliod, Étienne Cuzon, le nouveau... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2019

SAINT-CLOUD VICTIME DE L'ANNEE TERRIBLE

En 2013, Olivier Berger rédigeait le compte-rendu d'une exposition sur Saint-Cloud au musée des Avelines. Si celle-ci n'est plus d'actualité, le texte de présentation conserve tout son intérêt factuel sur les violences et destructions qui affectèrent la commune et son château (paragraphes 3 et 4 ci-dessous) lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Il nous donne aussi l'occasion de faire référence au gisant de la Commune d'Ernest Pignon-Ernest réalisé pour le centenaire de la semaine sanglante. Merci à l'auteur de nous confier... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2019

LA GUERRE DE 1870 AUX SALONS DES ANNEES 1880

L’humiliation de 1870 a laissé dans le cœur des Français de profondes blessures. Pendant les dix années qui ont suivi la défaite, les Beaux-arts leur ont toutefois offert un moyen, parmi d’autres, de surmonter leurs désillusions et de faire résilience du traumatisme subi[1]. Comment les années 1880 prolongent-elles le travail qu’ils ont fait sur eux-mêmes ? La fierté retrouvée lors de l’exposition universelle de 1878 se traduit-elle par un désir renforcé de reconquête de la primauté internationale ? Si oui, comment... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2019

MEMOIRES DISSOCIEES DE L'ANNEE TERRIBLE

Guerre de 1870 et commune de Paris. Les mémoires dissociées d’une même histoire La guerre franco-prussienne est-elle un événement oublié de l’histoire de France ? Dans un texte publié en janvier 2019, j’ai tenté d’évaluer la réalité et les limites de cet oubli. Cet article a provoqué une question en retour concernant la mémoire de la Commune : l’oubli de 1870 n’est-il pas l’effet d’une volonté d’enterrer le souvenir de l’insurrection ? De fait, tout concourt à montrer le contraire : la mémoire de la... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2019

1870, DE L'OUBLI D'UNE GUERRE

1870-1871, de l’oubli d’une guerre Réalités et limites d’un silence mémoriel  « Comment expliquer que cette guerre soit si oubliée ? » La question est régulièrement posée aux historiens de la guerre de 1870-1871. Elle l’est de façon si récurrente qu’elle en devient presque agaçante, d’autant plus que les spécialistes n’ont pas l’expérience d’un tel oubli : ils baignent dans le sujet ! Certains de leurs interlocuteurs justifient toutefois le bien fondé de la question en soulignant que ce conflit est... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 17:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
03 décembre 2018

ALLEGORIES DE 1870-71 AU SALON DE 1872

Mai-juin 1872, le premier Salon des Beaux-arts après l'Année terrible se tient à Paris. Le traumatisme de la défaite est encore très présent dans les esprits. Il se traduit dans les oeuvres de nombreux artistes. Beaucoup prennent le thème de la guerre pour sujet. Trop, peut-être, et de façon non "politiquement correcte" aux yeux des Prussiens. Pour raisons diplomatiques, plus de 70 oeuvres ayant la guerre pour sujet sont retirées du livret. « Le gouvernement en étouffant le cri de vengeance contre la Prusse, n’a laissé que des... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2018

DENI DE DEFAITE ?

1874 : Gloria Victis ! Sous ce titre, le peintre Auguste Gérardin d'une part, le sculpteur Antonin Mercié d'autre part, réalisent chacun une oeuvre en mémoire des combattants morts de 1870. En 2014-2015, le musée d'art et d'histoire de Saint-Denis les confronte dans le cadre d'une exposition intitulée : 70/14. D'une guerre à l'autre. Le destin de la sculpture a largement dépassé celui de la peinture. La qualité comparée des oeuvres peut expliquer cette différence. Mais peu importe ici. Le détournement de la formule prétée à Brennus... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2018

LES PETITS PATRIOTES DE 1870

En 1893, Charles Crès réalise un tableau intitulé La remise de la médaille militaire à l’élève Pichon en 1874. Cette œuvre rend hommage à un garçon de seize ans ayant combattu dans les rangs de l’armée française pendant la guerre de 1870. [...] Y eut-il d’autres très jeunes gens engagés dans la lutte armée pendant le conflit franco-prussien ? [...] Qui étaient-ils ? Combien furent-ils, quel âge avaient-ils ? [...] Bien des questions se posent et une recherche systématique reste à faire. De manière encore prudente, quelques... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juin 2018

LES REVANCHES DE 1878

Cent quarante ans nous séparent de 1878, année qui fait peu mémoire dans la France d’aujourd’hui. Rares sont ceux qui sauraient l’associer à un événement « mémorable ». Victor Hugo, pourtant, la qualifiait de ce mot. « L’œuvre de l’année 1878 sera indestructible et complète », assurait-il encore le 17 juin de cette « glorieuse année » [...] S’est-il trompé ? [...] En quoi 1878 est-il une année qui mériterait plus d’attention qu’elle en a au panthéon de nos gloires nationales ? 1878, année festive ... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mai 2018

L'HOMMAGE RATE AUX HEROINES DE 1870

Pendant la guerre de 1870-1871, des femmes se sont engagées aux côtés des soldats. Quelques-unes ont combattu. Le fait est souvent oublié. Si décorations, médailles militaires et autres citations leur ont été accordées, leurs mérites n'ont pas été reconnus à l'égal des hommes. Tandis que les monuments aux morts se multipliaient pour honorer ces derniers, rien ne fut érigé en leur mémoire. J'évoquais déjà le problème l'an passé dans Les cantinières oubliées de 1870. Dans Le Petit Journal du 25 septembre 1911, Jean Lecoq... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]