Le Journal Amusant 1896-09-05 Souvenirs d'un planqué

1896. Vingt-cins ans après l'humiliante défaite, la revanche toujours sur le métier remisée, le Prussien et ses espions restent pour de nombreux Français l'ennemi à abattre. Fin 1894, l'un d'eux - un certain Dreyfus - vient d'être aux yeux de tous "justement" condamné. Pour nourrir le projet de reconquête des provinces perdues, les souvenirs de la guerre sont expressément entretenus. Ils trouvent même matière à se dire d'autant plus vivement que beaucoup de militaires de carrière parvenus à l'âge de la retraite en profitent pour sortir du silence que le devoir de réserve leur commandait de garder. Dans la dernière décennie du siècle, les publications de mémoires ou récits de guerre relatifs à la désastreuse campagne de 1870 connaissent un vif regain.

Dans ce contexte, Le Journal Amusant publie dans son numéro du 5 septembre 1896 "Les récits de guerre" d'Henriot. Il s'agit d'une fiction mettant en scène un pseudo combattant de 1870 revendiquant sa part de reconnaissance nationale. Le récit a vocation à se moquer des héros de la dernière heure, les chasseurs de médailles imméritées. Alors que les vétérans de 1870 demandent à l'Etat la reconnaissance officielle de leurs mérites qu'ils n'obtiendront qu'en 1911, l'ironie d'Henri Maigrot, alias Henriot, peut paraître bien déplacée. Elle témoigne toutefois de la variété des mémoires et, parmi celles-ci, des reconstructions du passé qui les polluent du fait de la la fragilité naturelle et de la malléabilité des souvenirs.