11 juillet 2018

LA VIEILLE FEMME D'USTARITZ ALLEGORIE DE 1870 ?

Léon Bonnat (1833-1922), peintre académique français, a 37 ans quand la guerre franco-prussienne éclate. C'est déjà un artiste reconnu, prix de Rome en 1857, et qui s'illustre dans les années 1870-1880 comme portraitiste des personnalités de son temps. Pendant la guerre, il fait son devoir dans un bataillon de marche de la Garde nationale. Il reçoit son baptême du feu lors des combats de Villiers (bataille de Champigny, 30 novembre - 2 décembre). « Son bataillon placé en réserve à Montrouge, fut assez voisin du lieu de l’action [...]... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 18:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2018

LES GUEULES CASSEES DE 1870

2018, centenaire de cette Grande Guerre, "matrice du siècle" pour reprendre une formule justement consacrée. Grande guerre par ses enjeux, par sa brutalité, par l'hécatombe de masse qu'elle provoqua ou la "culture de guerre" qu'elle généra, autant de chapitres et/ou notions reprises partout, jusque dans les manuels scolaires. Et dans la foison des images toutes plus émouvantes les unes que les autres, celles des "gueules cassées", témoignages des dégâts que la modernité des armes démultiplia. "Démultiplia" car la "gueule cassée" n'est... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 juin 2018

LES REVANCHES DE 1878

Cent quarante ans nous séparent de 1878, année qui fait peu mémoire dans la France d’aujourd’hui. Rares sont ceux qui sauraient l’associer à un événement « mémorable ». Victor Hugo, pourtant, la qualifiait de ce mot. « L’œuvre de l’année 1878 sera indestructible et complète », assurait-il encore le 17 juin de cette « glorieuse année » [...] S’est-il trompé ? [...] En quoi 1878 est-il une année qui mériterait plus d’attention qu’elle en a au panthéon de nos gloires nationales ? 1878, année festive ... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2018

LE CHIEN DU COMMANDANT HABERT

  [Message qui vient en complément de "Les chiens et la guerre de 1870" ] Ricciotti Garibaldi témoigne de la présence d'un chien dans l'une de ses unités. Il avait pour maître le commandant Habert, "commandant des Dolois". « Il avait un chien, un superbe bull-dogue qui venait avec moi, la nuit, faire la ronde aux avant-postes ; et lorsque je passais en revue la brigade, il passait lui aussi, sur le front des troupes, observant un silence majestueux devant les compagnies qui avaient mérité son approbation, tandis... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juin 2018

LA DEFENSE DE BELFORT, CHANSON PATRIOTIQUE

Chant patriotique "La Défense de Belfort" "La Défense de Belfort" chante l'héroïsme de la ville et de la garnison commandée par le colonel Denfert-Rochereau pendant le siège qu'elles subirent 103 jours durant, du 3 novembre 1870 au 18 février 1871, soit trois jours après la signature de l'armistice général entre les deux belligérants (15 février). La garnison recevant l'ordre du gouvernement de la Défense nationale (Adolphe Thiers) de rendre les armes, la garnison (un peu moins de 13 000 hommes sur les 17 700 initiaux) quitte la... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2018

LES PRISONNIERS OUBLIES DE NIDA (LITHUANIE)

Les 11 et 12 mai 2015, Philippe Jeantaud, ambassadeur de France à Vilnius (Lithuanie), se rendait à Klaipėda à l’occasion d’une escale d’un bâtiment de la Marine nationale française (Le Pluvier) qui participait à l’effort de sécurisation de la région. Ce voyage fut l'occasion pour lui de déposer une gerbe au pied du monument érigé dans la région à la mémoire des prisonniers de guerre français morts en oeuvrant à la construction du Canal Guillaume 1er.  Entre 1871 et 1873, 690 prisonniers de la guerre de 1870 internés au camp de... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 21:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 juin 2018

PARIS POUR UN BEEFSTEACK

Paris pour un beafsteak - chanson historique de France - 1870 Résistance opiniâtre des Parisiens pendant le siège de Paris ? Les faits sont là, indiscutables : du 17 septembre 1870 au 26 janvier 1871, ils ont tenu. Peut-être même auraient-ils pu prolonger l'aventure quelques semaines de plus si on en croit la volonté de poursuivre "la guerre à outrance" exprimée par les insurgés du 18 mars 1871, avant que ceux-ci ne deviennent des Communards ! Peu importe ici. Cet entêtement contraire à la raison tient pour beaucoup à... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2018

LES VASTES PALAIS DE LA MEMOIRE

"j'arrive aux grands espaces et aux vastes palais de la mémoire, où se trouvent les trésors des innombrables images apportées par la perception de toutes sortes d'objets. Là est emmagasiné tout ce que construit aussi notre esprit, soit en agrandissant, soit en diminuant, soit en modifiant de quelque façon les objets atteints par les sens, et toute autre image déposée là et mise en réserve, qui n'est pas encore engloutie et ensevelie dans l'oubli. Quand je suis dans ce palais, j'appelle les souvenirs pour que se présentent tous ceux... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 mai 2018

L'HOMMAGE RATE AUX HEROINES DE 1870

Pendant la guerre de 1870-1871, des femmes se sont engagées aux côtés des soldats. Quelques-unes ont combattu. Le fait est souvent oublié. Si décorations, médailles militaires et autres citations leur ont été accordées, leurs mérites n'ont pas été reconnus à l'égal des hommes. Tandis que les monuments aux morts se multipliaient pour honorer ces derniers, rien ne fut érigé en leur mémoire. J'évoquais déjà le problème l'an passé dans Les cantinières oubliées de 1870. Dans Le Petit Journal du 25 septembre 1911, Jean Lecoq... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mai 2018

JULIETTE DROUET, LETTRES A VICTOR HUGO

En collaboration avec Lettres Sorbonne Université, le Centre d'Etudes et de Recherches Editer/interpréter (CEREDi) de l'Université de Rouen met en ligne les lettres adressées à Victor Hugo par Juliette Drouet. Parmi celles-ci, les billets qu'elle lui adressa pendant la période de la guerre franco-prussienne et du siège de Paris. Juliette Drouet ne fait pas partie des "héroïnes" de la guerre, ni comme infirmière à l'instar d'une Coralie Cahen ou des comédiennes des théâtres parisiens, ni comme femme d'influence à l'égal de Juliette... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]