31 octobre 2018

SOUVENIRS D'UN "FUSILLIER"

F. Roux était "fusillier" à la 3e compagnie du 18e bataillon de la garde nationale mobile pendant le siège de Paris en 1870. Comme nombre de ses contemporains, il a publié ses souvenirs de campagne. Mais il l'a fait en 29 planches qui racontent son expérience de façon chronologique, et non sans humour, souvent. Le cas n'est pas exceptionnel. J'ai déjà fait référence sur ce blog aux "souvenirs de l'armée de l'Est" d'Auguste Meylan. Plus riches encore sont les journaux du siège accompagnés de dessins d'Albert Robida d'une part, de... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2018

LES PETITS PATRIOTES DE 1870

En 1893, Charles Crès réalise un tableau intitulé La remise de la médaille militaire à l’élève Pichon en 1874. Cette œuvre rend hommage à un garçon de seize ans ayant combattu dans les rangs de l’armée française pendant la guerre de 1870. [...] Y eut-il d’autres très jeunes gens engagés dans la lutte armée pendant le conflit franco-prussien ? [...] Qui étaient-ils ? Combien furent-ils, quel âge avaient-ils ? [...] Bien des questions se posent et une recherche systématique reste à faire. De manière encore prudente, quelques... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 octobre 2018

LETTRE D'UN PRISONNIER DE GUERRE

Petit aperçu sur un document de 1870 : lettre d'un prisonnier de guerre français en Allemagne. Joseph Pellet, originaire de Roche (Isère) et interné en Silésie, écrit à ses parents le 28 novembre 1870. Il était soldat au 21e régiment de ligne, une unité intégrée à l'armée de Chalons, qui participa aux combats autour de Sedan avant de se replier sur Paris puis sur le Loiret. Peut-être Joseph Pellet a-t-il été fait prisonnier à Sedan, en septembre donc ? Mais d'autres hypothèses sont tout autant plausibles. Le fait qu'il demande à... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2018

LE PERE-LACHAISE EN MODE 1870

Le cimetière du Père-Lachaise est bien connu comme haut lieu des derniers combats de la Commune de Paris. Il est aussi un espace de mémoire du conflit franco-prussien dont la fin précipita l'insurrection du 18 mars 1871. Aux visiteurs, il offre pas moins de 85 occasions de se souvenir de cette guerre et d'en évoquer les différents chapitres. Mais inutile de chercher sur le plan proposé par la Conservation du cimetière. Exception faite de Nadar, qui peut être associé à la guerre de 1870 en tant que fabricant de ballons, aucune des 85... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 septembre 2018

JEAN BAPTISTE JULIEN DETAILLE, DECEDE A DRESDE EN 1870 : un deuil si discret !

« Les événements de 1870-1871 firent sur l’esprit de Detaille une impression profonde », écrit en 1878 Gustave Goetschy en parlant du jeune peintre Jean-Baptiste Edouard Detaille encore au début de sa longue carrière. Tous les biographes de ce grand maître de la peinture militaire conviennent de cette influence de la guerre franco-prussienne sur l'artiste et il suffit de se pencher sur l'œuvre de celui-ci pour s'en convaincre : l'expérience du champ de bataille, qu'il connut au combat de Châtillon et à celui de Villejuif... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2018

MEMOIRE DE 1870 DANS LES RUES DE PARIS

La rue de la Petite-Pierre (11e arrondissement) est un hommage de la capitale à un épisode de la guerre de 1870. Encore faut-il le savoir ! Située à 10 km au Nord de Saverne, la commune de la Petite-Pierre est riche en patrimoine. On y trouve un château sur la route qui conduit en Allemagne. Ce que ne dit pas la fiche Wikipédia, c'est que s'y tenait une garnison en 1870 qui opposa aux Prussiens une farouche résistance. C'est en mémoire de celle-ci que cette petite rue de Paris (qui donne dans la rue de Charonne) porte son nom. La rue... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2018

LE VOYAGE ERRATIQUE DU VILLE-D'ORLEANS

Une borne perdue dans les montagnes de Télémark en Norvège, près de Seljord et du lac du même nom. Le site se trouve à 200 kilomètres environ à l'ouest d'Oslo, 1300 de Paris à vol d'oiseau. Sur cette pierre, une inscription en Français : "Ville d'Orléan, 11 nov 1870". Souvenir inattendu de la guerre franco-prussienne et du siège de Paris ! Sur la foi de cette découverte, je publiai le 3 avril 2018 le message ci-dessous. Depuis, Rose Garrigue [voir le commentaire] m'a signalé l'existence d'une petite brochure publiée en 2007,... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
17 août 2018

REVANCHE OU PAS, IL FAUT CHOISIR

Gustave Téry est un chroniqueur qui tient dans Le journal (quotidien littéraire, politique et artistique français fondé en septembre 1892) une rubrique intitulée "Les jours se suivent...". C'est l'occasion de petits billets d'humeur - souvent drôles - sur un fait du jour qui peut toucher aussi bien au temps qu'il fait, à une mode, un débat qu'à une question politique.  Il y a 107 ans aujourd'hui, son sujet du jour renvoyait à la question de la reconquête - ou non - de l'Alsace-Lorraine. Le billet témoigne de la question de la... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2018

RESTAURATION DE TABLEAUX PAR LE MUSEE DE CHATEAUDUN

L'écho républicain du 21 juillet dernier annonce la restauration par le musée de Chateaudun de deux tableaux faisant partie de ses collections : La barricade tournée de Félix Philippoteaux (1883) et Portrait de Madame Jarrethout peint par Grasse (1894). Les deux tableaux font référence au sort tragique que connut la ville de Châteaudun le 18 octobre 1870. L'article propose une brève explication des sujets traités.  
Posté par J_F Lecaillon à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2018

ARMANDA POLOUET ET Mlle BOULAY-RIVIERE A CHATEAUDUN ?

En 1870, les femmes ne furent pas que des victimes de guerre. Nombre d'entre elles furent actrices de celle qui opposa la France à la Prusse. La receveuse des postes Juliette Dodu, l'infirmière Coralie Cahen, la jeune Louise Nay-Imbert, les cantinières, les comédiennes de Paris qui transformèrent les théâtres en ambulances pendant le siège de Paris, les trois combattantes officiellement identifiées (Jane Dieulafoy, Marie-Antoinette Lix et Marie Favier-Nicolaï), Adèle Riton... etc. Il n'est pas possible de les citer toutes ici. Parmi... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 10:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]