21 octobre 2017

SOUVENIRS DU SIEGE DE PARIS (JAMES TISSOT)

Jacques-Joseph Tissot (alias James Tissot, 1836-1902).      Artiste peintre français, spécialiste des sujets mondains, Tissot expose pour la première fois au Salon de 1859, mais il se fait surtout remarquer à partir de 1864. Il est l'un des premiers à explorer le japonisme. Il fréquente Monet, Whistler, Degas, Stevens... La guerre de 1870 le rattrape. Il y participe en s'engageant dans les Tirailleurs de la Seine, unité dans laquelle s'enrôlent de nombreux artistes (Berne-Bellecour, Cuvelier, Jacquemart, Leloir,... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 18:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2017

LES "MAROCAINS" DE LUDWIG KNAUS

Dans un message sur le camp de Wahner Heide j'écrivais : "Les Allemands montrent beaucoup d'intérêt pour les unités de Turcos. Ils sont curieux des soldats coloniaux et les photos figurants ces derniers sont proportionnellement plus nombreuses que ce qu'ils représentent réellement". Cette curiosité se retrouve sous le crayon de Ludwig Knaus qui fit plusieurs études de "Marocains" prisonniers à Koln ou Wesel, ainsi qu'il les désigne lui-même. Ludwig Knaus (1829-1910) est un peintre né à Wiesbaden. Se voulant "peintre du quotidien", il... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2017

LES CIRCUITS DU SOUVENIR

Entre leur encodage dans l’hippocampe et leur restitution dans le cadre de la remémoration, les souvenirs ne suivent pas le même parcours neuronal. Telle est la découverte faite par des neurobiologistes du Massachusetts Institute of Technologie[1]. A la question : « pourquoi deux circuits distincts ? », Dheeraj Roy répond : « Nos souvenirs sont une combinaison d'expériences anciennes et nouvelles. Avoir deux circuits parallèles permet à la fois de se remémorer un souvenir et d’encoder de nouvelles... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2017

REVANCHE ET PEINTURES D'HISTOIRE AUX SALONS DES BEAUX-ARTS

Au Salon des Beaux-arts du XIXe siècle, le genre défini comme majeur est « la peinture d’histoire ». Bien qu’en déclin, voire assez marginale en proportion des oeuvres présentées, ce type de peinture est considéré comme « grande œuvre », celle qui exprime le génie national. Les ministres qui président aux cérémonies de remise des médailles (Batbié en 1873, de Cumont en 1874, Wallon en 1875) insistent tous sur ce point. Au lendemain de la défaite, dès le premier salon (1872), les deux tiers des tableaux (quarante... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2017

LES MEMOIRES DE 1870 (1871-1914)

Objet de nombreuses recherches, la mémoire s’impose aujourd’hui comme un sujet incontournable. Les débats y référant ont envahi la scène publique au point de susciter la création d’une revue (Mémoires en jeu, 2017) dont l’objectif est de fournir les moyens de répondre aux tentatives d’instrumentalisation du passé auxquelles prêtent son invocation. Le sujet est si prégnant qu’il a même atteint les études secondaires avec l’introduction de la question L’historien et la mémoire dans le programme des classes de Terminales (2013).... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 07:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 août 2017

LE MYSTERE BEAUQUESNE

"Peintre. - Illustrateur. - A été l'élève d'Horace Vernet et de Vernet-Lecomte à l'Ecole des Beaux-arts de Paris. Né à Rennes le 28 octobre 1847, mort à Mongeron (Essone) en 1913."  Ces informations sont disponibles sur Internet, selon le Data.bnf.fr qui renvoie lui-même au Bénézit (1999). Le web n'en dit pas beaucoup plus sur cet artiste spécialisé dans la peinture militaire, illustrateur tout particulièrement de la guerre de 1870. "Un des meilleurs" à en croire les commentateurs des salons du début du XXe siècle (voir les... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 17:18 - Commentaires [8] - Permalien [#]

01 août 2017

LES ARBRES DE MEMOIRE

"Certains arbres, peut-être parce qu’ils ont l’avantage de nous survivre, ont l’étonnant privilège de porter longtemps dans leurs branches, la mémoire de ceux qui les ont respectés." C'est un travail étonnant que je vous présente aujourd'hui. Imaginé et réalisé par Eckhard Holtz, repris et achevé par Gérard Liégeois, voici l'extraordinaire inventaire des arbres plantés à proximité des monuments germaniques édifiés après les combats de 1870 dans la région de Metz. Les auteurs ont pris soin de ne recenser que les arbres datant de... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2017

PAROLES DE VAINCUS

Les soirées de Médan sont un recueil bien connu de nouvelles publiées en 1880. À l’instigation d’Emile Zola ou de Léon Hennique (les versions diffèrent sur la question), les six membres de ces soirées (Emile Zola, Léon Hennique, Guy de Maupassant, Joris-Karl Huysmans, Henry Céard et Paul Alexis) décident d’écrire chacun une nouvelle relative à la guerre de 1870. Ils s’entendent cependant pour traiter le sujet dans un style réaliste à l’opposé de l’esthétique patriotique – voire revancharde – du moment. Zola écrit L’attaque du moulin,... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2017

SIEGE DE STRASBOURG, JOURNAL D'UN ASSIEGE

Les témoignages sur la guerre de 1870 se comptent par milliers. Je renvoie aux bibliographies mises en ligne sur ce blog. Parmi ces témoignages, celui de Frédéric Piton qui publie en 1900 son Siège de Strasbourg, journal d'un assiégé, disponible sur Gallica. Le texte peut  aussi être approché via un document réalisé par Claudine Bertier et Charles Giraud dans les années 1970. Document de l'Ina.fr, celui-ci permet de contextualiser le récit grâce aux commentaires de Raymond Bongrand, historien auteur de 1870 -... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 11:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 juillet 2017

MADAME IMBERT, HEROINE PERDUE DE 1870

En 1870, face à l'invasion du territoire, beaucoup de Françaises s'engagèrent résolument. Outre quelques combattantes (Jane Dieulafoy), des ambulancières (Victorine Brocher), des infirmières (Coralie Cahen), des receveuses des postes (Juliette Dodu), il y eut aussi des "espionnes" spontanées comme Louise Nay, veuve Imbert. Comme l'indique la gravure ci-dessus, celle-ci témoigna au procès de Trianon intenté contre le maréchal Bazaine (1873). Comme bien des cantinières, Louise Nay, veuve Imbert, fait partie de ses "héroïnes" oubliées... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]