31 juillet 2017

PAROLES DE VAINCUS

Les soirées de Médan sont un recueil bien connu de nouvelles publiées en 1880. À l’instigation d’Emile Zola ou de Léon Hennique (les versions diffèrent sur la question), les six membres de ces soirées (Emile Zola, Léon Hennique, Guy de Maupassant, Joris-Karl Huysmans, Henry Céard et Paul Alexis) décident d’écrire chacun une nouvelle relative à la guerre de 1870. Ils s’entendent cependant pour traiter le sujet dans un style réaliste à l’opposé de l’esthétique patriotique – voire revancharde – du moment. Zola écrit L’attaque du moulin,... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juillet 2017

SIEGE DE STRASBOURG, JOURNAL D'UN ASSIEGE

Les témoignages sur la guerre de 1870 se comptent par milliers. Je renvoie aux bibliographies mises en ligne sur ce blog. Parmi ces témoignages, celui de Frédéric Piton qui publie en 1900 son Siège de Strasbourg, journal d'un assiégé, disponible sur Gallica. Le texte peut  aussi être approché via un document réalisé par Claudine Bertier et Charles Giraud dans les années 1970. Document de l'Ina.fr, celui-ci permet de contextualiser le récit grâce aux commentaires de Raymond Bongrand, historien auteur de 1870 -... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 11:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 juillet 2017

MADAME IMBERT, HEROINE PERDUE DE 1870

En 1870, face à l'invasion du territoire, beaucoup de Françaises s'engagèrent résolument. Outre quelques combattantes (Jane Dieulafoy), des ambulancières (Victorine Brocher), des infirmières (Coralie Cahen), des receveuses des postes (Juliette Dodu), il y eut aussi des "espionnes" spontanées comme Louise Nay, veuve Imbert. Comme l'indique la gravure ci-dessus, celle-ci témoigna au procès de Trianon intenté contre le maréchal Bazaine (1873). Comme bien des cantinières, Louise Nay, veuve Imbert, fait partie de ses "héroïnes" oubliées... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 10:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juin 2017

LE TOUR DE FRANCE, ARME DE LA REVANCHE

Quand on parle Tour de France en relation avec la guerre de 1870, tout le monde pense au livre d'Augustine Fouillée publiée en 1877 sous le pseudonyme de G. Bruno. Le thème du voyage initiatique à des fins de mémoire est à la source d'un manuel qui fut loin d'être un cas isolé. Via Gallica, la BNF donne accès à deux autres publications de même nature : Le tour de France d'un petit parisien de Constant Amero (1885) et Le tour de France de Marie de Grand-Maison (1893). Le besoin se faisait alors sentir d'affirmer l'identité de la Patrie... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2017

MEMOIRES EN JEU

Mémoires en jeu, une nouvelle revue dont je relaie ici quelques extraits du manifeste signé par les comités de rédaction et scientifique.   "Par les temps qui courent, les mémoires sont de moins en moins partagées. Nombre d’entre elles nourrissent des replis identitaires et cimentent les pierres des nouveaux murs [...] Elles sont régulièrement instrumentalisées comme de nouvelles armes. Entretenir des liens entre les mémoires, les faire circuler en les enrichissant mutuellement n’est pas une évidence, encore moins une... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 10:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juin 2017

SCENE DE GUERRE (Théodule RIBOT)

Un petit tour dans les archives du Metropolitan Museum of Art de New-York (MET) permet de découvrir ce beau dessin réalisé par Théodule Ribot (1823-1891), artiste peintre peu connu, défini comme réaliste. Selon ses amis - parmi lesquels Fantin-Latour, Cazin, de Nittis, Monet, Bastien-Lepage, Gervex, Puvis de Chavanne, Carolus Duran... - Théodule Ribot était doué et il excellait dans tous les genres (dixit Louis de Fourcaud). Le salon de 1861 où il débute est pour lui un succès. Mais c'était un homme discret, qui vivait à l'écart du... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2017

UNE FEMME PEINTRE FACE A L'INVASION : MARIE ADRIEN LAVIEILLE (Née Marie PETIT)

Née en 1852, Marie Petit n'avait que 18 ans quand la guerre de 1870 éclata, mais déjà du talent. Son autoportrait réalisé cette année là, avant que les Prussiens ne l'enferment avec les Parisiens dans la capitale, en donne une idée. Fille du décorateur Jean-Jacques Petit, elle vit intensément le conflit franco-prussien. Françoise Cambon et Henri Cambon l'assurent sur la foi d'un poème intitulé "Appel aux femmes" qu'elle recopie dans un petit "carnet personnel datant de 1868-1870". Le poème pourrait être attribué à Hyppolite Cogniard... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2017

PHOTOS DE METZ EN 1870

Photographier la guerre en 1870 n'est pas tâche facile. "L’exécution d’un panorama, en 1870, demeure encore une aventure photographique nécessitant des mois de réalisation" écrit Valérie Metz (voir sources ci-dessous, in Louis (2005), p. 14). A l'époque, l'outil n'est pas adapté à cette fin. Comme pour la guerre de Sécession ou la Commune de Paris, les photographes du moment s'y emploient pourtant. La longue attente dans Metz assiégé inspire les artistes locaux. Dans un album titré "Guerre de 1870 et l'annexion de Metz", la... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2017

AU RHIN ! AU RHIN !

Petit clin d'oeil du jour i Adolphe Théodore Jules Martial Potémont dit A.-P. Martial est un artiste auquel on doit (entre autres) un journal dessiné (Paris pendant le siège) et douze portraits de Femmes de Paris pendant le siège (voir BNF Richelieu ou la Fondation Dosne-Thiers). Il réalisa aussi ce dessin au moment où les Français s'imaginaient que leur armée ne ferait qu'une bouchée de son adversaire. Négligea-t-il ses propres prières ? Moralité : "Ne jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué" !
Posté par J_F Lecaillon à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2017

SOUVENIRS D'UNE "MORTE VIVANTE" DANS PARIS ASSIEGE

En 1909, Victorine Brocher (1839-1921) - ex ambulancière et cantinière d'un bataillon de Fédérés pendant la Commune de Paris - publie ses "souvenirs d'une morte vivante". Issue d'une famille militante, elle offre un témoignage riche sur l'instauration de la République sociale, la semaine sanglante, sa condamnation puis l'exil qui lui permit de "survivre". Elle y raconte aussi ses lointains souvenirs de 1848 (elle n'avait que 9 ans), du second Empire et du siège de Paris en 1870. Comme nombre de militantes engagées dans l'insurrection... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]