04 janvier 2019

LA RESISTANCE DE FALGUIERE : de la neige au bronze

Pendant l'hiver 1870-1871, Hippolyte Moulin sculpta La République dans la neige, une sculpture éphémère dont le dessinateur Bracquemond préserva l'image en un un dessin. Mais l'histoire des sculptures éphémères du siège de Paris est bien plus riche. Ce jour de décembre 1870, sur les remparts de la capitale assiégée, ce n'est pas une oeuvre qui fut réalisée mais deux. En contrepoint de la République de Moulin, Alexandre Falguière réalisa une sculpture qu'il baptisa La résistance. Bracquemond en réalisa aussi le dessin ci-contre. Mais... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2018

CARICATURES DU SALON DE 1872

Le 3 décembre, dans Allégories de 1870-71 au salon de 1872, principe de précaution oblige, je n'avais pas présenté Les porteurs de mauvaises de nouvelles de Lecomte de Nouÿ comme étant une allégorie de 1870 faute d’avoir trouvé chroniqueur pour établir une relation entre l’œuvre et la défaite. Le rapprochement a pourtant bien été fait par le dessinateur Stop dans Le journal amusant du 22 juin 1872. Le dessin comme le texte sont très clairs sur ce point. Ce petit complément d’information est l’occasion de montrer comment les... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2018

LA REPUBLIQUE EPHEMERE D'HIPPOLYTE MOULIN

En décembre 1870, pendant le siège de Paris, le sculpteur Hippolyte Moulin réalise une oeuvre éphémère, en glace, figurant sur son socle de pierre un buste de la République proclamée le 4 septembre précédent. L'oeuvre a disparu, mais nous pouvons en connaître l'aspect grâce à ce dessin réalisé par Félix Bracquemond. Au-delà de l'anecdote, le caractère éphémère de cette sculpture prend une étonnante résonnance. La République qu'elle incarne est - jusqu'à réalisation d'un nouveau record - la plus longue de l'histoire nationale (70... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

L'EPEE DE MADEMOISELLE LIX

Depuis 1910, le Musée de l’Armée détient dans ses collections l’épée de Marie-Antoinette Lix, lieutenant aux francs-tireurs de Lamarche pendant la guerre de 1870-1871, une arme qui fut offerte à cette femme pour la remercier de son action pendant le conflit franco-prussien. Tout en la présentant au public à l'occasion de l'exposition France - Allemagne(s), 1870-1871 de 2017, le musée a ouvert une page sur son site pour "apporter un éclairage complémentraire" sur cette pièce. Ce cadeau fait à une femme combattante est un bien bel... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 octobre 2018

SOUVENIRS D'UN "FUSILLIER"

F. Roux était "fusillier" à la 3e compagnie du 18e bataillon de la garde nationale mobile pendant le siège de Paris en 1870. Comme nombre de ses contemporains, il a publié ses souvenirs de campagne. Mais il l'a fait en 29 planches qui racontent son expérience de façon chronologique, et non sans humour, souvent. Le cas n'est pas exceptionnel. J'ai déjà fait référence sur ce blog aux "souvenirs de l'armée de l'Est" d'Auguste Meylan. Plus riches encore sont les journaux du siège accompagnés de dessins d'Albert Robida d'une part, de... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 octobre 2018

LETTRE D'UN PRISONNIER DE GUERRE

Petit aperçu sur un document de 1870 : lettre d'un prisonnier de guerre français en Allemagne. Joseph Pellet, originaire de Roche (Isère) et interné en Silésie, écrit à ses parents le 28 novembre 1870. Il était soldat au 21e régiment de ligne, une unité intégrée à l'armée de Chalons, qui participa aux combats autour de Sedan avant de se replier sur Paris puis sur le Loiret. Peut-être Joseph Pellet a-t-il été fait prisonnier à Sedan, en septembre donc ? Mais d'autres hypothèses sont tout autant plausibles. Le fait qu'il demande à... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2018

LE VOYAGE ERRATIQUE DU VILLE-D'ORLEANS

Une borne perdue dans les montagnes de Télémark en Norvège, près de Seljord et du lac du même nom. Le site se trouve à 200 kilomètres environ à l'ouest d'Oslo, 1300 de Paris à vol d'oiseau. Sur cette pierre, une inscription en Français : "Ville d'Orléan, 11 nov 1870". Souvenir inattendu de la guerre franco-prussienne et du siège de Paris ! Sur la foi de cette découverte, je publiai le 3 avril 2018 le message ci-dessous. Depuis, Rose Garrigue [voir le commentaire] m'a signalé l'existence d'une petite brochure publiée en 2007,... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
17 août 2018

REVANCHE OU PAS, IL FAUT CHOISIR

Gustave Téry est un chroniqueur qui tient dans Le journal (quotidien littéraire, politique et artistique français fondé en septembre 1892) une rubrique intitulée "Les jours se suivent...". C'est l'occasion de petits billets d'humeur - souvent drôles - sur un fait du jour qui peut toucher aussi bien au temps qu'il fait, à une mode, un débat qu'à une question politique.  Il y a 107 ans aujourd'hui, son sujet du jour renvoyait à la question de la reconquête - ou non - de l'Alsace-Lorraine. Le billet témoigne de la question de la... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2018

SOUVENIRS D'UN SEDANAIS EXILE (1978)

[(c) Photo protégée par les droits d'auteur (c)]  En 1978, le Professeur d'économie Jacques Lecaillon porte son regard sur le Sedanais qu'il a quitté après la guerre pour aller faire ses études à Nancy puis à Paris. Au-delà des références privées qui ne toucheront plus guère, aujourd'hui, que ses proches, son témoignage montre comment « l’émigration » partait alors de contrées moins lointaines que de nos jours, mais qu'elles s’effectuaient pour les mêmes raisons : « Dès qu’un jeune homme veut poursuivre... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juillet 2018

LES GUEULES CASSEES DE 1870

2018, centenaire de cette Grande Guerre, "matrice du siècle" pour reprendre une formule justement consacrée. Grande guerre par ses enjeux, par sa brutalité, par l'hécatombe de masse qu'elle provoqua ou la "culture de guerre" qu'elle généra, autant de chapitres et/ou notions reprises partout, jusque dans les manuels scolaires. Et dans la foison des images toutes plus émouvantes les unes que les autres, celles des "gueules cassées", témoignages des dégâts que la modernité des armes démultiplia. "Démultiplia" car la "gueule cassée" n'est... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]