18 juin 2018

LA DEFENSE DE BELFORT, CHANSON PATRIOTIQUE

Chant patriotique "La Défense de Belfort" "La Défense de Belfort" chante l'héroïsme de la ville et de la garnison commandée par le colonel Denfert-Rochereau pendant le siège qu'elles subirent 103 jours durant, du 3 novembre 1870 au 18 février 1871, soit trois jours après la signature de l'armistice général entre les deux belligérants (15 février). La garnison recevant l'ordre du gouvernement de la Défense nationale (Adolphe Thiers) de rendre les armes, la garnison (un peu moins de 13 000 hommes sur les 17 700 initiaux) quitte la... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2018

PARIS POUR UN BEEFSTEACK

Paris pour un beafsteak - chanson historique de France - 1870 Résistance opiniâtre des Parisiens pendant le siège de Paris ? Les faits sont là, indiscutables : du 17 septembre 1870 au 26 janvier 1871, ils ont tenu. Peut-être même auraient-ils pu prolonger l'aventure quelques semaines de plus si on en croit la volonté de poursuivre "la guerre à outrance" exprimée par les insurgés du 18 mars 1871, avant que ceux-ci ne deviennent des Communards ! Peu importe ici. Cet entêtement contraire à la raison tient pour beaucoup à... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2018

LE VOYAGE ERRATIQUE DU VILLE-D'ORLEANS

Une borne perdue dans les montagnes de Télémark en Norvège, près de Seljord et du lac du même nom. Le site se trouve à 200 kilomètres environ à l'ouest d'Oslo, 1300 de Paris à vol d'oiseau. Sur cette pierre, une inscription en Français : "Ville d'Orléan, 17 nov 1870". Souvenir inattendu de la guerre franco-prussienne et du siège de Paris ! Rappelons que le siège commencé le 17 septembre 1870 prit fin le 26 janvier suivant avec la capitulation de la France. Pendant 131 jours, la capitale française est coupée du monde par les forces... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2018

ADRESSES AUX FEMMES DE TOUTES LES NATIONS

Le 20 août 1870, au lendemain des défaites de l'été, des Françaises adressent une supplique aux "femmes de toutes les nations", allemandes tout particulièrement. Gallica met en ligne le texte de cet appel à la paix écrit plus de quinze jours avant l'appel de Victor Hugo au peuple allemand. Entre les deux textes, le désastre de Sedan a sonné le glas de l'Empire et la République a été proclamée. Si le contexte est différent et autoriserait à déclarer "défaitistes" les signataires de l'adresse des femmes parce que leur texte présume du... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2018

DECOUVERTE EN 3D DU FORT D'ISSY-LES-MOULINEAUX

Le document n'est pas nouveau. Sa mise en ligne date de 2013. Il est toutefois fort bien fait et mérite le coup d'oeil pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de Paris et de ses forts. Histoire du Fort d'Issy réalisée par Issy TV. Le film revient "sur les lieux qui furent au cœur de l'une des pages les plus tragiques de l'histoire d'Issy-les-Moulineaux : les combats de 1870 et 1871".   Le fort d'Issy en 1871, photographie de Jean Jules Andrieu      
Posté par J_F Lecaillon à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2018

HISTOIRE DE LA GUERRE EN 15 DESSINS (E. Peulot)

Né en 1852 à Montfermeil, Ernest Peulot a 18 ans quand éclate la guerre de 1870. Fils de Julien Antoine Peulot, lui-même dessinateur, Ernest travaille comme illustrateur pour la presse d'actualité. Le conflit franco-prussien lui donne l'occasion d'exercer son talent. De juillet 1870 à septembre 1871, il réalise de très nombreux dessins à la plume conservés au chateau de Sceaux (musée du domaine départemental). C'est un véritable journal intime, chronique de la vie quotidienne des Français de la banlieue face à l'invasion et à... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2018

DOUBLE PEINE DES MONUMENTS AUX MORTS DISPARUS

  Le 29 janvier 1911, un monument créé par Jules Jouant et dédié aux Tirailleurs des Ternes, volontaires qui s'illustrèrent à la redoute de Montretout et lors de la bataille de Buzenval, fut inauguré avenue des Ternes (aujourd'hui place Tristan Bernard), face à l'Eglise Saint-Ferdinand (Paris XVIIe).   Le monument représentait un soldat du bataillon des "Francs-tireurs des Ternes", surnommés « à la branche de houx », par référence à la feuille qui ornait leur chapeau tyrolien de feutre noir. Le reste de... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 17:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 octobre 2017

D'UNE GUERRE A L'AUTRE, FELIX POTIN ON Y REVIENT

"Felix Potin, on y revient" Tel est le slogan qui popularise les magasins Félix Potin au début des années 1930 ! Mais les initiateurs de la formule croyaient-ils si bien dire ? Né en 1820, Félix Potin est un épicier qui s'installe à Paris (9e arrondissement) en 1844 et révolutionne vite le métier. Sa réussite lui permet d'ouvrir en 1860 un second magasin, au 103 boulevard de Sébastopol, à l'angle de la rue Réaumur. En 1864, une nouvelle épicerie ouvre au 47 boulevard Malesherbes. A partir de 1870, la "maison Félix Potin" (qui... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 octobre 2017

LES "MAROCAINS" DE LUDWIG KNAUS

Dans un message sur le camp de Wahner Heide j'écrivais : "Les Allemands montrent beaucoup d'intérêt pour les unités de Turcos. Ils sont curieux des soldats coloniaux et les photos figurants ces derniers sont proportionnellement plus nombreuses que ce qu'ils représentent réellement". Cette curiosité se retrouve sous le crayon de Ludwig Knaus qui fit plusieurs études de "Marocains" prisonniers à Koln ou Wesel, ainsi qu'il les désigne lui-même. Ludwig Knaus (1829-1910) est un peintre né à Wiesbaden. Se voulant "peintre du quotidien", il... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2017

CAMPS DE WAHNER HEIDE A KOLN

Les défaites de Sedan (70 à 80 000 hommes) et de Metz (170 000) en l'espace de deux mois (début septembre - fin octobre 1870) laissent aux mains des vainqueurs une masse impressionnante autant qu'imprévue de prisonniers (jusqu'à 400 000 en tout selon M. Botzenhart). Ceux-ci sont dispersés sur l'ensemble du territoire allemand, dans des camps souvent improvisés (environ 200 sites). Tel est le cas de Wahner Heide à Cologne (Köln). Quelques photos conservées par AKG-images en témoignent. Ce sont d'intéressantes sources pour se faire une... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]