31 octobre 2018

SOUVENIRS D'UN "FUSILLIER"

F. Roux était "fusillier" à la 3e compagnie du 18e bataillon de la garde nationale mobile pendant le siège de Paris en 1870. Comme nombre de ses contemporains, il a publié ses souvenirs de campagne. Mais il l'a fait en 29 planches qui racontent son expérience de façon chronologique, et non sans humour, souvent. Le cas n'est pas exceptionnel. J'ai déjà fait référence sur ce blog aux "souvenirs de l'armée de l'Est" d'Auguste Meylan. Plus riches encore sont les journaux du siège accompagnés de dessins d'Albert Robida d'une part, de... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2018

LETTRE D'UN PRISONNIER DE GUERRE

Petit aperçu sur un document de 1870 : lettre d'un prisonnier de guerre français en Allemagne. Joseph Pellet, originaire de Roche (Isère) et interné en Silésie, écrit à ses parents le 28 novembre 1870. Il était soldat au 21e régiment de ligne, une unité intégrée à l'armée de Chalons, qui participa aux combats autour de Sedan avant de se replier sur Paris puis sur le Loiret. Peut-être Joseph Pellet a-t-il été fait prisonnier à Sedan, en septembre donc ? Mais d'autres hypothèses sont tout autant plausibles. Le fait qu'il demande à... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2018

LE VOYAGE ERRATIQUE DU VILLE-D'ORLEANS

Une borne perdue dans les montagnes de Télémark en Norvège, près de Seljord et du lac du même nom. Le site se trouve à 200 kilomètres environ à l'ouest d'Oslo, 1300 de Paris à vol d'oiseau. Sur cette pierre, une inscription en Français : "Ville d'Orléan, 11 nov 1870". Souvenir inattendu de la guerre franco-prussienne et du siège de Paris ! Sur la foi de cette découverte, je publiai le 3 avril 2018 le message ci-dessous. Depuis, Rose Garrigue [voir le commentaire] m'a signalé l'existence d'une petite brochure publiée en 2007,... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
17 août 2018

REVANCHE OU PAS, IL FAUT CHOISIR

Gustave Téry est un chroniqueur qui tient dans Le journal (quotidien littéraire, politique et artistique français fondé en septembre 1892) une rubrique intitulée "Les jours se suivent...". C'est l'occasion de petits billets d'humeur - souvent drôles - sur un fait du jour qui peut toucher aussi bien au temps qu'il fait, à une mode, un débat qu'à une question politique.  Il y a 107 ans aujourd'hui, son sujet du jour renvoyait à la question de la reconquête - ou non - de l'Alsace-Lorraine. Le billet témoigne de la question de la... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2018

SOUVENIRS D'UN SEDANAIS EXILE (1978)

[(c) Photo protégée par les droits d'auteur (c)]  En 1978, le Professeur d'économie Jacques Lecaillon porte son regard sur le Sedanais qu'il a quitté après la guerre pour aller faire ses études à Nancy puis à Paris. Au-delà des références privées qui ne toucheront plus guère, aujourd'hui, que ses proches, son témoignage montre comment « l’émigration » partait alors de contrées moins lointaines que de nos jours, mais qu'elles s’effectuaient pour les mêmes raisons : « Dès qu’un jeune homme veut poursuivre... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juillet 2018

LES GUEULES CASSEES DE 1870

2018, centenaire de cette Grande Guerre, "matrice du siècle" pour reprendre une formule justement consacrée. Grande guerre par ses enjeux, par sa brutalité, par l'hécatombe de masse qu'elle provoqua ou la "culture de guerre" qu'elle généra, autant de chapitres et/ou notions reprises partout, jusque dans les manuels scolaires. Et dans la foison des images toutes plus émouvantes les unes que les autres, celles des "gueules cassées", témoignages des dégâts que la modernité des armes démultiplia. "Démultiplia" car la "gueule cassée" n'est... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 16:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 juin 2018

LE CHIEN DU COMMANDANT HABERT

  [Message qui vient en complément de "Les chiens et la guerre de 1870" ] Ricciotti Garibaldi témoigne de la présence d'un chien dans l'une de ses unités. Il avait pour maître le commandant Habert, "commandant des Dolois". « Il avait un chien, un superbe bull-dogue qui venait avec moi, la nuit, faire la ronde aux avant-postes ; et lorsque je passais en revue la brigade, il passait lui aussi, sur le front des troupes, observant un silence majestueux devant les compagnies qui avaient mérité son approbation, tandis... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juin 2018

LA DEFENSE DE BELFORT, CHANSON PATRIOTIQUE

Chant patriotique "La Défense de Belfort" "La Défense de Belfort" chante l'héroïsme de la ville et de la garnison commandée par le colonel Denfert-Rochereau pendant le siège qu'elles subirent 103 jours durant, du 3 novembre 1870 au 18 février 1871, soit trois jours après la signature de l'armistice général entre les deux belligérants (15 février). La garnison recevant l'ordre du gouvernement de la Défense nationale (Adolphe Thiers) de rendre les armes, la garnison (un peu moins de 13 000 hommes sur les 17 700 initiaux) quitte la... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 12:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2018

PARIS POUR UN BEEFSTEACK

Paris pour un beafsteak - chanson historique de France - 1870 Résistance opiniâtre des Parisiens pendant le siège de Paris ? Les faits sont là, indiscutables : du 17 septembre 1870 au 26 janvier 1871, ils ont tenu. Peut-être même auraient-ils pu prolonger l'aventure quelques semaines de plus si on en croit la volonté de poursuivre "la guerre à outrance" exprimée par les insurgés du 18 mars 1871, avant que ceux-ci ne deviennent des Communards ! Peu importe ici. Cet entêtement contraire à la raison tient pour beaucoup à... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2018

ADRESSES AUX FEMMES DE TOUTES LES NATIONS

Le 20 août 1870, au lendemain des défaites de l'été, des Françaises adressent une supplique aux "femmes de toutes les nations", allemandes tout particulièrement. Gallica met en ligne le texte de cet appel à la paix écrit plus de quinze jours avant l'appel de Victor Hugo au peuple allemand. Entre les deux textes, le désastre de Sedan a sonné le glas de l'Empire et la République a été proclamée. Si le contexte est différent et autoriserait à déclarer "défaitistes" les signataires de l'adresse des femmes parce que leur texte présume du... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]