24 octobre 2017

D'UNE GUERRE A L'AUTRE, FELIX POTIN ON Y REVIENT

"Felix Potin, on y revient" Tel est le slogan qui popularise les magasins Félix Potin au début des années 1930 ! Mais les initiateurs de la formule croyaient-ils si bien dire ? Né en 1820, Félix Potin est un épicier qui s'installe à Paris (9e arrondissement) en 1844 et révolutionne vite le métier. Sa réussite lui permet d'ouvrir en 1860 un second magasin, au 103 boulevard de Sébastopol, à l'angle de la rue Réaumur. En 1864, une nouvelle épicerie ouvre au 47 boulevard Malesherbes. A partir de 1870, la "maison Félix Potin" (qui... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2017

LES "MAROCAINS" DE LUDWIG KNAUS

Dans un message sur le camp de Wahner Heide j'écrivais : "Les Allemands montrent beaucoup d'intérêt pour les unités de Turcos. Ils sont curieux des soldats coloniaux et les photos figurants ces derniers sont proportionnellement plus nombreuses que ce qu'ils représentent réellement". Cette curiosité se retrouve sous le crayon de Ludwig Knaus qui fit plusieurs études de "Marocains" prisonniers à Koln ou Wesel, ainsi qu'il les désigne lui-même. Ludwig Knaus (1829-1910) est un peintre né à Wiesbaden. Se voulant "peintre du quotidien", il... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2017

CAMPS DE WAHNER HEIDE A KOLN

Les défaites de Sedan (70 à 80 000 hommes) et de Metz (170 000) en l'espace de deux mois (début septembre - fin octobre 1870) laissent aux mains des vainqueurs une masse impressionnante autant qu'imprévue de prisonniers (jusqu'à 400 000 en tout selon M. Botzenhart). Ceux-ci sont dispersés sur l'ensemble du territoire allemand, dans des camps souvent improvisés (environ 200 sites). Tel est le cas de Wahner Heide à Cologne (Köln). Quelques photos conservées par AKG-images en témoignent. Ce sont d'intéressantes sources pour se faire une... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 août 2017

LES ARBRES DE MEMOIRE

"Certains arbres, peut-être parce qu’ils ont l’avantage de nous survivre, ont l’étonnant privilège de porter longtemps dans leurs branches, la mémoire de ceux qui les ont respectés." C'est un travail étonnant que je vous présente aujourd'hui. Imaginé et réalisé par Eckhard Holtz, repris et achevé par Gérard Liégeois, voici l'extraordinaire inventaire des arbres plantés à proximité des monuments germaniques édifiés après les combats de 1870 dans la région de Metz. Les auteurs ont pris soin de ne recenser que les arbres datant de... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 08:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juillet 2017

SIEGE DE STRASBOURG, JOURNAL D'UN ASSIEGE

Les témoignages sur la guerre de 1870 se comptent par milliers. Je renvoie aux bibliographies mises en ligne sur ce blog. Parmi ces témoignages, celui de Frédéric Piton qui publie en 1900 son Siège de Strasbourg, journal d'un assiégé, disponible sur Gallica. Le texte peut  aussi être approché via un document réalisé par Claudine Bertier et Charles Giraud dans les années 1970. Document de l'Ina.fr, celui-ci permet de contextualiser le récit grâce aux commentaires de Raymond Bongrand, historien auteur de 1870 -... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juin 2017

SCENE DE GUERRE (Théodule RIBOT)

Un petit tour dans les archives du Metropolitan Museum of Art de New-York (MET) permet de découvrir ce beau dessin réalisé par Théodule Ribot (1823-1891), artiste peintre peu connu, défini comme réaliste. Selon ses amis - parmi lesquels Fantin-Latour, Cazin, de Nittis, Monet, Bastien-Lepage, Gervex, Puvis de Chavanne, Carolus Duran... - Théodule Ribot était doué et il excellait dans tous les genres (dixit Louis de Fourcaud). Le salon de 1861 où il débute est pour lui un succès. Mais c'était un homme discret, qui vivait à l'écart du... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2017

PHOTOS DE METZ EN 1870

Photographier la guerre en 1870 n'est pas tâche facile. "L’exécution d’un panorama, en 1870, demeure encore une aventure photographique nécessitant des mois de réalisation" écrit Valérie Metz (voir sources ci-dessous, in Louis (2005), p. 14). A l'époque, l'outil n'est pas adapté à cette fin. Comme pour la guerre de Sécession ou la Commune de Paris, les photographes du moment s'y emploient pourtant. La longue attente dans Metz assiégé inspire les artistes locaux. Dans un album titré "Guerre de 1870 et l'annexion de Metz", la... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2017

AU RHIN ! AU RHIN !

Petit clin d'oeil du jour i Adolphe Théodore Jules Martial Potémont dit A.-P. Martial est un artiste auquel on doit (entre autres) un journal dessiné (Paris pendant le siège) et douze portraits de Femmes de Paris pendant le siège (voir BNF Richelieu ou la Fondation Dosne-Thiers). Il réalisa aussi ce dessin au moment où les Français s'imaginaient que leur armée ne ferait qu'une bouchée de son adversaire. Négligea-t-il ses propres prières ? Moralité : "Ne jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué" !
Posté par J_F Lecaillon à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2017

AUTOPORTRAIT DE VERLAINE EN 1870

"J'ai voulu mourrir à la guerre, la mort n'a pas voulu de moi". A l'opposé de Bazille (l'artiste qui ne pouvait pas mourrir parce qu'il avait encore trop à peindre), Paul Verlaine croque en 1871 un Garde national exprimant le désir qu'il aurait eu de disparaître à la faveur du conflit. Autoportrait? Verlaine lui-même s'interroge (voir le ? dont il accompagne la légende de son dessin). A-t-il vraiment songé à mourir ? Durant l'année terrible, l'homme traverse des moments difficiles susceptibles d'avoir entretenu chez lui des pensées... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mars 2017

ART ET DOULEURS PATRIOTIQUES (REDON)

"1872, Juin. - De toutes les situations morales, les plus propices aux production de l'art ou de la pensée, il n'en est pas de plus fécondes que les grandes douleurs patriotiques. C'est qu'en effet, les différends suprêmes qui naissent entre les peuples si divers dans leurs aspirations et leurs tendances, créent chez les individus qui les composent des préoccupations d'un ordre très élevé. Quand elles se résolvent par le sort des armes, c'est-à-dire par les risques de la mort, chacun de nous a dans une mesure quelconque fait un... [Lire la suite]
Posté par J_F Lecaillon à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]