Dujardin-Beaumetzn Les voilàLe Service Historique de la Défense propose une petite exposition intitulée 1870. Réinventer la guerre. Dans un espace limité, l'équipe du SHD parvient à proposer un parcours en 5 sections qui couvrent l'ensemble de l'Année terrible et s'appuient prioritairement sur ses propres collections et archives. Quelques prêts de collections privées et du musée de l'Armée viennent enrichir le fond. La visite est l'occasion de découvrir quelques pièces rares : un album d'aquarelles du siège de Strasbourg réalisé par un officier belge attaché auprès de l'armée allemande, une carte allemande indiquant les mouvements au jour le jour des troupes, des projets (parfois farfelus) d'armes proposées au ministère de la guerre par des ingénieurs y compris étrangers, le travail étonnant du dessinateur de l'armée Gaspard Gobaut, une photographie de Bruno Braquehais figurant probablement Simon Mayeur, du 69e bataillon de la Garde nationale, etc.

Les thèmes abordés :

Lahure, aquarelleSection 1 : Une Guerre entre Empire et République. Bref résumé qui vaut surtout pour ses cartes et l'album d'aquarelles sur Strasbourg.

sous-marinSection 2 : Sciences et techniques au service de la guerre. Présentation sommaire des atouts de chaque camp et les croquis de projets (fous ?) qui n'ont pas vu le jour.

Section 3 : Les soldats de 1870. Présentation qui cherche à montrer le caractère hétéroclite de l'armée française. Un panneau rend honneur aux femmes dans la guerre à travers l'exemple de Marie Favier-Nicolaï.

Section 4 : Penser la guerre. Comment Français et Allemands ont préparé ou non la guerre.

prisonniersSection 5 : La Commune, une guerre civile. Un résumé avec d'intéressants plans de barricades, de leurs emplacements dans Paris, une archive du procès de Louise Michel. Une place est faite aussi aux prisonniers en Allemagne et aux services de la Croix-Rouge (avec un hommage à Coralie Cahen).

Section 5 : Commémorer la défaite. Ou comment les Français ont fait mémoire de la guerre (monuments, médailles, figurines, souvenirs) et l'ont représentée. C'est l'occasion de finir la visite sur le tableau (voir en tête de message) d'Etienne Dujardin-Beaumetz, Les voilà ! (1880),Chaperon, Eugène, Le poteau frontière (1914) celui d'Eugène Chaperon Le poteau frontière (1914) et les dessins de Gaspard Gobaut (1871).

Il y a beaucoup d'autres pièces à découvrir, qui valent surtout pour l'originalité rare de certaines d'entre elles dont la liste ci-dessus n'est pas exhaustive.

HL'exposition se tient jusqu'au 13 août au Pavillon du Roi du château de Vincennes. [entrée gratuite]

Livret d'exposition : 1870. Réinventer la guerre, Cécile Bosquier-Britten.

Attention à respecter les droits d'auteurs sur les photographies, certaines extraites du livret. Contactez le SHD pour autorisation.