Tombe des pussiens à Longpont-sur-orgeOutre la basilique Notre-Dame-de-Bonne-Garde et le Réservoir des Folies, la commune de Longpont-sur-Orge, dans l'Essonne, offre à voir une curiosité renvoyant au conflit franco-prussien de 1870-1871. Monique Roland et Michel Amaury, membres de la société historique locale, nous en expliquent l'histoire.

"Pourquoi y avait-il des Prussiens à Longpont en 1870 ?

Après la défaite française à Sedan, l’armée du prince royal de Prusse (Guillaume 1er) investit Paris. Ici, à Longpont, nous sommes à environ 25 kms au sud de Paris, c’est pourquoi nous verrons arriver de nombreux militaires dans la région. L’armée prussienne occupe la tour de Montlhéry pour surveiller Paris. Des soldats, d’une armée bavaroise, arrivent à Longpont le 17 septembre 1870. Ils resteront jusqu’en février, c’est-à-dire durant 5 mois. Les habitants devront leur fournir de la nourriture. Ici, c’était une région rurale, avec des lopins de terre cultivés.

Les troupes allemandes vont s’installer au château de Villebouzin  qui servira d’infirmerie (à l’époque, on disait «une ambulance») pour soigner les nombreux malades et blessés (environ 500 personnes). Ce qui est surprenant, c’est que ce château est devenu une clinique de nos jours. On pense que ce lieu était particulièrement favorable car nous étions éloignés des foyers d’infection et que le bon air facilitait la guérison des malades. N’empêche que, malgré tout, le typhus a sévi et que 39 soldats sont décédés de cette terrible maladie ! On va donc décider de les enterrer dans un lieu proche de l’infirmerie, non loin d’ici, près de la Butte du Moulin à vent, dans une sablière. Cela devient alors un cimetière militaire. Très longtemps à Longpont, on parlera du « cimetière des prussiens ».

En février 1871, les Allemands quittent définitivement Longpont laissant derrière eux les sépultures provisoires. L’article 16 du traité de paix de Francfort (mai 1871) précise que « les deux gouvernements français et allemand s'engagent réciproquement à faire respecter et entretenir les tombes des soldats ensevelis sur leurs territoires respectifs ».

En France, la loi d’avril 1873, précise les règles de construction et d'aménagement de ces sépultures. 2 ans plus tard, en 1875, l'état-major allemand exige que les corps soient dignement transférés au cimetière de Longpont. Mais ce n'est qu'à partir de 1876 que commenceront les travaux d'exhumation. Les tombes seront alors regroupées dans cette concession perpétuelle. Le premier monument construit en forme de pyramide, de pierre calcaire, et entouré par 4 plots reliés par des chaines, date de 1877. Une délibération du conseil municipal de 1879 précise que « la commune reste chargée de l'entretien de la tombe des militaires allemands établie dans le cimetière de Longpont en s'engageant à le faire convenablement sans réclamer d'indemnité ».

Malheureusement, ce monument a subi les outrages du temps : (pollution, infiltration d’eau, champignons). Il est dans un état de délabrement qui nécessite sa réfection complète. C’est pourquoi, en  2015, les élus font le choix de reconstruire à l’identique le monument. Les travaux, d’un montant d’environ 9 800 €, commencés en 2016, se terminent en avril 2017. Les matériaux ont changé puisque la pierre calcaire de l’époque a été remplacée par une pierre en granit blanc perlé. (peut-être plus résistante ?). Une plaque commémorative a été ajoutée.

 Plaque

 

Ce nouveau monument a été inauguré le 18 juin 2017 par notre maire actuel Alain Lamour. 39 soldats, morts du typhus, sont donc enterrés

monument des prussiensici. Malheureusement, nous n’avons trouvé ni leur nom, ni leur origine sur des registres. Nous aurions aimé vous en dire plus sur leur état-civil. Peut-être ont-ils été déclarés décédés par les autorités militaires allemandes ? Peut-être qu’avec votre aide, nos recherches pourraient avancer ? 

                                                                              Monique Roland – Michel Amaury, Société Historique de Longpont