Peulot (Ernest), souvenir de la guerre de 1870Né en 1852 à Montfermeil, Ernest Peulot a 18 ans quand éclate la guerre de 1870. Fils de Julien Antoine Peulot, lui-même dessinateur, Ernest travaille comme illustrateur pour la presse d'actualité. Le conflit franco-prussien lui donne l'occasion d'exercer son talent. De juillet 1870 à septembre 1871, il réalise de très nombreux dessins à la plume conservés au chateau de Sceaux (musée du domaine départemental). C'est un véritable journal intime, chronique de la vie quotidienne des Français de la banlieue face à l'invasion et à l'occupation étrangère. En un quinzaine de dessins, il y a moyen de résumer l'histoire de la guerre vue de Paris et sa banlieue est.

 

Juillet, la guerre est déclarée, les Français sont mobilisés

Peulot, départ du savoyard soldat au 24e de ligne, juillet 1870           Peulot, départ de l'artillerie pour la frontière, ligne de l'est 1870

Départ du savoyard, soldat au 24e de ligne - Départ de l'artillerie pour la frontière de l'est

 

Août, les Parisiens s'interrogent et se préparent au pire

Peulot, des civils devant des affiches placardées, 1870 ou 1871           Peulot, exercice des gardes nationaux 1870
Les civils devant des affiches - Exercice des gardes nationaux

 

Septembre, les banlieusards se réfugient dans Paris

Peulot, Mes grands parents partent à Paris, avec leurs vaches et un peu de linge 1870

Mes grands-parents partent à Paris avec leur vache

 

Octobre, défense et rationnement s'organisent

Peulot, à la porte d'une boucherie           Peulot, batterie de marine française, Avron (1870) 2

A la porte d'une boucherie - Batterie de la marine sur le plateau d'Avron

 

Novembre, la pénurie s'installe

Peulot, Fusillade à Bondy par les Prussiens sur les maraudeurs 1870           Peulot, Il depouille le chien pour le faire manger 1870

Fusillade des maraudeurs à Bondy - Il dépouille le chien pour le manger

 

Décembre, tentative de sortie (bataille de la Marne)

Peulot, Nous sommes dans une Avenue           Peulot, Transport des blessés de la bataille de Champigny

Retraite de la brigade du général Froment - Transport des blessés de Champigny

 

Janvier, bombardement de Paris et rigueurs de l'hiver

Peulot, Paris           Peulot, Une promenade dans la rue Mouffetard 1871

Combat à coups de pelotte de neige - Promenade rue Mouffetard

 

Février, capitulation de Paris et occupation prussienne

Peulot, 1er février 1871           Peulot, Ils nous ont offert à déjeuner dans la maison de Mr Desnos à Montfermeil 1871

Passe qui peut à Saint-Denis - Ils nous ont offert à déjeuner dans la maison de M. Desnos à Montfermeil

 

Cette présentation très sommaire de la guerre en 15 dessins sur plus de 200 possibles est très subjective. Elle n'a pas d'autre prétention que de présenter le travail d'un jeune témoin et donner une idée de la façon dont la guerre, le siège et l'occupation furent perçus par les contemporains. A chacun il reste à compulser les archives du musée départemental pour découvrir l'ensemble de l'oeuvre, mais aussi les temps de l'occupation, après la fin du conflit.

Dans le même esprit, le journal illustré de dessins d'Alfred Robida et celui de Martial Potémont sont plus achevés. Les curieux n'hésiteront pas à s'y reporter.

 

Source :

Musée du domaine départemantal de Sceaux : "Ernest Peulot, illustrateur pour la presse d'actualité"

La première image en tête de ce message est une huile d'Ernest Peulot, intitulée Souvenir de la guerre de 1870, la poudrière dans les bois de Monguichet, chemin du Raincy (1871).