Monet : Un pont vers la modernité — introduction

Historienne de l'art, Annabelle Kienle Ponka remet dans son contexte Le pont de bois de Monet, tableau réalisé en 1872, au lendemain de la guerre franco-prussienne qui provoqua la destruction du pont routier d'Argenteuil. "En résumé, écrit-elle, les deux toiles du pont routier d'Argenteuil remplissent une double fonction. Elles fournissent non seulement des images empreintes d'espoir au lendemain de la guerre franco-prussienne, mais aussi...", etc.

"Dans quelle mesure les artistes réagiront-ils de manière consciente à ce qu'on a appelé par la suite l'année terrible ?

Dans un essai d'une quinzaine de pages (37 à 51 du catalogue) superbement illustré, Richard Thomson, auteur dont j'ai utilisé les réflexions sur "les images de l'esprit de revanche" publiées dans La république troublée. Culture visuelle et débat social (1889-1900), paru aux Presses du réel en 2008, reprend le questionnement qui justifie Les peintres français et la guerre de 1870, étude à paraître bientôt (avril 2016) mais achevée depuis plus d'un an déjà. Il n'y a pas là expression d'une quelconque jalousie de ma part, bien au contraire. Plutôt la satisfaction de voir comment les recherches d'historiens différents se rejoignent, avec parfois les mêmes artistes (Monet, Puvis de Chavannes, Degas, Pissarro, Sisley, Detaille...) et les mêmes oeuvres (L'espérance, le pont d'Argenteuil, Le général Mellinet et le grand rabbin Astruc...).

 

Monet, le pont de bois

 

Un catalogue à parcourir pour le plaisir des yeux et des pages à lire pour les thèmes qui y sont développés.

Liens :

Musée des Beaux-arts du Canada

Le livre