Manet, le bazaine des salons

Pour le remercier d'avoir "banni" Manet de l'exposition de l'école des Beaux-arts (non daté), un admirateur du peintre Meissonier - qui était aussi le maître de Manet et son supérieur hiérarchique dans la Garde nationale pendant le siège de Paris - lui adresse ce poème (ou pamphlet).

Où l'artiste est apparenté au "traitre" Bazaine, suprême injure pour l'époque s'il en est. Au lendemain du désastre de 1870 et de la Commune, il ne faisait pas bon vouloir révolutionner le monde, ne fut-il que celui de la peinture.

Où il apparaît aussi que la querelle des anciens et des modernes en ce domaine se réglait bien dans des termes politiques qui n'oubliaient pas la référence à l'année terrible.

à suivre... manuscrit sur les peintres et la guerre de 1870 encore en travaux

 

Cliquez sur le lien pour pouvoir mieux consulter le document : l'institut national de l'histoire des art