9782738131188FS

 

Une analyse autobiographique qui explique si bien comment se fixe le souvenir, se construit la mémoire et se raconte l'histoire. Un travail où Cyrulnik réalise sur la base de sa propre expérience ce que l'historien recompose à partir des journaux intimes, récits de souvenirs et rédaction de mémoire. Une lecture qui complète si bien les réflexions que j'ai pu mener à travers "Souvenirs de 1870, histoire d'une mémoire".

"Toutes les images mises en mémoire sont vraies. C’est la recomposition qui arrange les souvenirs pour en faire une histoire. Chaque événement inscrit dans la mémoire constitue un élément de la chimère de soi." (p.17)

Faire le récit de sa vie, ce n’est pas du tout exposer un enchaînement d’événements, c’est organiser nos souvenirs afin de mettre de l’ordre dans la représentation de ce qui nous est arrivé et c’est, en même temps, modifier le monde mental de celui qui écoute. Le sentiment qu’on éprouve après un récit de soi dépend des réactions de l’autre : que va-t-il faire de ce que j’ai dit ? Va-t-il me tuer, me ridiculiser, m’aider ou m’admirer ? Celui qui se tait participe au récit de celui qui parle." (p.84-85)